Crédits : Traxer / Unsplash

L’UE repousse (encore) le vote pour la régulation des cryptomonnaies

Le vote sur la réglementation MiCa, qui doit encadrer les cryptomonnaies, est repoussé au mois d’avril.

Nouvelle désillusion pour les partisans du règlement market in crypto assets (MiCa). Le vote des députés européens est reporté encore une fois. Pour rappel, la réglementation MiCa doit réguler l’écosystème des cryptomonnaies en Europe. Autant dire qu’il s’agit d’un vote très attendu. Or, c’est déjà la deuxième fois que les instances européennes repoussent le rendez-vous.

Un problème de traduction

En effet, le vote était à l’origine programmé pour le mois de novembre 2022. Avant d’être décalé une première fois au mois de février 2023. Selon un porte-parole du Parlement européen, qui s’est exprimé auprès de The Block, il s’agirait d’un problème « technique et très probablement lié à des problèmes de traduction du dossier de près de 400 pages dans les 24 langues officielles de l’Union européenne ». Bilan des courses, l’événement est à nouveau reporté. Cette fois-ci, au mois d’avril.

Évidemment, la pilule passe mal pour certains pays. La France et l’Allemagne en tête, qui réclament toutes deux un encadrement strict du marché des cryptomonnaies. D’autant plus depuis la grave crise provoquée par la chute de la plateforme FTX. Or, la rédaction des normes relatives au règlement MiCa ne peut commencer qu’une fois le texte approuvé. Ce qui, pour un régulateur comme l’Autorité bancaire européenne, peut s’avérer très long. En moyenne 12 à 18 mois.

Par ailleurs, The Block rappelle que le blocage actuel ne concerne pas uniquement la réglementation MiCa. En parallèle, le vote devait permettre le déploiement d’un règlement sur les transferts de fonds. Lequel cherche à établir plus de transparence dans les transactions. Concrètement, les deux règlements s’opposent directement à la manipulation des marchés. Exactement comme dans la finance traditionnelle. Reste à voir si une application des nouvelles normes pour 2024 est toujours d’actualité.